Promouvoir la santé

Les Français connaissent les méfaits du tabagisme, de la sédentarité, du stress et autre malbouffe, mais ils peinent à s’en défaire. Par manque de volonté donc mais pas seulement. Comment les aider à soulever les leviers du changement, à devenir acteurs de leur santé et surtout à le rester ? C’était justement l’objet d’un colloque tenu en novembre dernier à Paris.

« Nous avons une bonne médecine curative mais nous sommes moins performants au niveau de la prévention des risques », explique Jean-Louis Touraine, député PS du Rhône. Il s’est exprimé lors d’un colloque sur l’éducation à la santé organisé le 20 novembre dernier au Palais Bourbon (Paris) par l’Institut Pasteur de Lille, la Fondation d’entreprise PiLeJe et l’association Coopération Santé.

La prévention est l’un des grands axes de la future loi de santé publique qui sera discutée en janvier 2015 à l’Assemblée nationale. Député PS de Haute-Garonne et rapporteur du budget du PLFSS 2015, le Dr Gérard Bapt concède qu’« il est difficile de décréter politiquement les changements si nous ne sommes pas accompagnés culturellement par la société. »

Dans l’opposition, Jean-Pierre Barbier (UMP – Savoie), est persuadé que « ce projet de loi accouchera d’une souris. Les objectifs sont si nombreux qu’ils font penser à un catalogue. Et puis surtout, qu’en est-il du financement » ? Même son de cloche pour la chef du service de médecine du sport du CHU de Clermont-Ferrand, Martine Duclos, « ce projet de loi est fabuleux au niveau des objectifs. Mais au niveau des moyens pff… Et dans le contenu, pas un mot sur l’activité physique qui reste la meilleure arme contre les maladies cardiovasculaires.»

Promouvoir la santé

Pour le Dr Jean-Michel Lecerf, directeur de l’Institut Pasteur de Lille, « les comportements sont difficiles à modifier ». Même si un sondage IFOP/Fondation PiLeJe révèle que 43% des Français affirment avoir tendance à repousser au lendemain leurs bonnes résolutions, « on ne peut pas toujours invoquer le manque de volonté », poursuit le médecin lillois. « La maladie, la question des coûts, des aspects environnements ou psychologiques etc., constituent des freins dans bien des cas ».

Le sociologue Jean-Pierre Corbeau (Université François Rabelais de Tours) insiste sur « l’importance de développer les ateliers-cuisine. Car il n’existe pas d’éducation nutritionnelle en dehors de la présence d’aliments ». Il rappelle encore que

« l’on mange bien moins gras que nos parents et grands-parents. Alors arrêtons la stigmatisation sur des comportements qui n’existent plus. La différence par rapport aux époques précédentes est à chercher du côté de la dépense calorique, beaucoup moins importante de nos jours ».

Il fut confirmé que le tabac affecte la santé sexuelle avant n’importe quelle autre propriété du corps, d’ailleurs tous les maladies du cœur empêchent la suffisante quantité sanguine de parvenir aux artères du pénis. Si vous avez des questions, consultez cet article afin de avoir les bonnes solutions : Agrandissement pénis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s